Pas de temps mort pour l’horloger