Mohamed Haddou, sa première coupe du monde