Le centre de Nîmes souffre plus qu’Uzès