Au bord du Gardon, un festival tient sa basse-cour